ric rac

Publié le par remi

Suite a une nuit torride dans les bras de Stefan et apres un brunch dans le nouvel appartement de Cedric pour finir les restes de la bouffe pantagruelique de la party de la veille, je m'effondre de sommeil, dimanche apremidi. Je n'entends pas le réveil et émerge a 18h, mon avion pour Bucharest est a 19h10 et il est nécessaire (surtout depuis l'obsession sécuritaire aérienne post 9.11.) d'etre a l'aéroport avec une heure d'avance.

le taxi arrive a 18h20. on est a l'aéroport a 18h45. Adrénaline: mon vol est indiqué "boarding" et les guichets d'enregistrement des bagages et tickets sont fermées. Je me précipite néanmoins vers un guichet "business class" ou il n'y a personne, explique mon cas. Un mignon steward me prend en pitié, appelle son boss qui autorise mon arrivée tardive.

Au controle des passeports, énorme queue. Pour la premiere fois de ma vie je la coupe dans toute sa longueur (enfoncant ainsi un tabou castrateur majeur) et plaide l'urgence. Le voyageur en tete de la queue me prend lui aussi en pitié et me laisse passer devant lui (et devant 40 personnes).

course dans les couloirs de l'aéroport. Controle sécuritaire et rayons-X. Il est 19h09 et on appelle les derniers voyageurs a la porte d'embarquement pour Bucarest.

ric-rac.

Publié dans Voyages - errance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article