fou chez les fous

Publié le par remi

On l'avait surnomme Maly Honza (Pti Jean) pour le distinguer de mon ex (Honza lui aussi et comme un Tcheque sur 5 - ils s'appellent tous Jan ce qui selon une influence millénaire allemande s'abrege en Honza, un dérivé de Hans, lui meme héritier du Iohanes grec).

Maly Honza est danseur de capoeira (un corps sublime tout en muscle), peintre, paumé a ses heures, toujours gentil et la plupart du temps souriant. Je le rencontrai et sortai avec lui trop tot apres mon divorce et n'etais pas pret psychiquement a ouvrir mon coeur a l'amour. Notre relation ne dura pas mais nous restions amis.

Il m'envoie un s.m.s. pour me faire part du vernissage de son expo. C'est un devoir pour moi de m'y rendre meme si l'expo en question est a pertpete-les-oies (Bohnice - 9 km du centre-ville) dans le foyer du théatre de l'hopital psychiatrique de Bohnice. Je comptais y aller en transport en commun mais devant la difficulté (prendre le metro jusqu'a Kobylisy, prendre le bus jusqu'a Odra, marcher, marcher, tourner a droite et a gauche et dans l'hopital demander son chemin...) j'y vais en taxi et bien m'en a pris : l'hopital est un campus immense et boisé, semé de pavillons aux fenetres grillagées et peu engageantes et le théatre est tout au fond - au moins 1 km de marche depuis l'entrée.

Ca n'est pas son exposition mais le vernissage des oeuvres d'une 15zaine de peintres et Honza n'a que 4 peintures dont celle qui m'intéresse deja vendue a une pop star tcheque (Marta K.).

Je suis arrivé en costume-cravate (ignorant au départ que ma destination était l'hopital psychiatrique) et j'ai la sensation bizarre d'etre totalement décalé, d'etre en trop, un extra terrestre, un fou du travail, un obsédé de la classe dominante, chez ceux la que la société n'arrive pas a integrer et qu'elle rejette et isole dans ce campus vert et boisé.

Je ne m'éternise pas. heureusement j'avais demandé au taxi de m'attendre et 15mn réglementaires (moins eut été impoli envers Maly Honza, plus eut été suicidaire) plus tard, je reprends la route et vais rejoindre Jutka a Radost pour un diner vegetarien et une soirée a papoter sans fin sur des questions de morale et de couple, sur Maryse, sur Tommy, sur Fede...

Je lui emprunte le DVD de 12 hommes en colere avec Henri Fonda. sublime piece de théatre filmée.

Publié dans Visuels visionnaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article