un homme azerty en vaut deux

Publié le par remi

Arrivé en Tchequie, j’abandonnais l’azerty pour le clavier qwertzu (tcheque). Je décide de me forcer a abandonner le qwertzu pour adopter le qwerty (anglo-saxon). Mes doigts avaient la mémoire du qwertzu et tapaient comme si de rien n’était sur le keybord qwerty (j’avais reconfiguré en tcheque l’environnement US de Microsoft), mais cela posait quelques problemes de temps en temps – surtout pour taper les chiffres sur le notebook (accessibles en „shift“ sur le clavier tcheque). Comme toute chose automatique (la conduite par exemple: quel dur travail que de passer du manuel a l’automatique!), l’apprentissage est douloureux.

Tiens, a propos, j'adore ce tres bel alexandrin de Léotard: „j’écris comme on en voit, en –ture automatique“.

Publié dans Mutatis mutandis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article