Infiniment

Publié le par remi

Giacomo Casanova décrit la mort comme

un monstre qui chasse du grand théâtre un spectateur attentif, avant qu'une pièce qui l'intéresse infiniment finisse.

Cet « infiniment » est joliment a sa place ici.

Publié dans Notes de lectures

Commenter cet article