Dandy punks

Publié le par remi

Daniel Darc, photo : Therese Lipinski

La rébellion n'est jamais aussi belle que quand elle est chantée par un cygne mallarméen. Au hasard d'une rec herche d'un mot-clé sur internet (allez comprendre... le mot-clé est "gazoline") je tombe sur un site qui récapitule la grande époque des danys punks.

Classe et déjanté, le punk compte de nombreux héros magnifiques, autant inspirés par Baudelaire que par les Sex Pistols. Vingt ans après, que sont devenus ces dandys qui vivaient en défiant le futur ?

On y trouve cette citation splendide qui me fait penser a la recherche vestimentaire toujours poussée de Will :

Il n'y a rien de plus vulgaire et de plus laid que le naturel, il faut y échapper à tout prix (...) Donc c'est la sophistication à l'extrême dans tout, les sentiments, les fringues (...) La forme d'un bouton de veste devient une quête initiatique.

Bien sur, la phrase (et le dandysme) est le pendant exact de l'accusation :

Il n'y a rien de plus odieux que le contre-naturel.

Mais vous aviez décodé, non ?

Découvrez les punks dandys.

Publié dans Notes de lectures

Commenter cet article