Vive l'impot

Publié le par remi

undefined

J'ai terminé ma cloture des comptes 2007 et le reporting vers l'un des deux partenaires de la joint-venture, celui qui a un systeme de reporting compliqué et complet (cela va de paire) et qui ne permet aucune approximation.

Dans ce pays ou l'impot n'existe pas, la comptabilité (qui sert aussi aux inspecteurs des impots a vérifier l'assiette fiscale) est uniquement destinée aux actionnaires et mon département comptable, longtemps habitué aux principes cash cash cash d'un actionariat monofamilial, prompt a passer des écritures comptables, heu..., disons rapides.

- les dividendes reçues de l'Arabie Saoudite, pourquoi elles n'apparaissent pas dans le compte de résultat?
- je vais voir - y'a une explication pour ça!
(je déteste quand mon comptable me dit ça!) Vérification faite:
- on a crédité "dividendes a percevoir" et on a débité la banque!
- mais au moment de passer l'écriture sur les dividendes a percevoir, tu as débité ce compte avec un crédit sur les profits financiers de dividendes non?
- non! Dans la mesure ou on a versé des dividendes aux actionnaires, j'ai crédité le compte "dividendes payées".
Si c'était malintentionné, cela s'appellerait du passe-passe. Dans ma to-do-list 1429, il faudra ajouter "acheter un manuel d'IFRS pour chaque chef comptable du groupe".

 

Le fait de payer des impots pousse a minima, a une certaine rigueur comptable.

Publié dans Homo oeconomicus

Commenter cet article

Philippe 12/01/2008 20:06

Au moins, ils fonctionnent en partie double, c'est bien.Heureux homme... quant a moi je me bats contre ma mauvaise conscience alors que je me prelasse chez des amis pendant que j'ai quinze comptables qui passent leur week-end avec les auditeurs...

VS 12/01/2008 17:41

Le principe de non-compensation ne date pas des IFRS !

(Avec de la chance, on doit pouvoir trouver un manuel en ligne (je n'ai pas regardé)).