Comme un poisson sans bicyclette

Publié le par remi

Le poste précédent me rappelle une colle de philo qu'Etchegoyen avait donne aux éleves de prépa-HEC de Louis-le-Grand. Le principe était raide : une phrase, dix minutes de préparation, dix minutes pour présenter un exposé intelligent, cinq minutes de débat-corrigé. Un petit groupe de quatre ou cinq qui assiste et colle a tour de role.

Une femme sans homme, c'est comme un poisson sans bicyclette.

Débrouillez-vous avec ca. Moi j'avais tiré un sujet plus facile, genre Parler pour ne rien dire. La carrée qui planchait sur ce sujet incongru s'était tellement plantée dans les grandes largeurs, avec un contresens impeccable, qu'Etché ne l'avait pas laissé continuer et nous avait tous (les quatre ou cinq eleves qui collaient ce soir-la) enjoints a coller de concert sur ce theme mécano-piscicole.

Elle, ma condisciple malchanceuse, avait embardé du coté du théatre de l'absurde : un poisson sans bicyclette, c'est absurde donc une femme sans homme, c'est absurde.

- vous en voyez souvent, vous, des poissons avec des bicyclettes ?
- ben... non ?!?..
- donc ca n'est pas absurde, un poisson sans bicyclette. C'est un poisson avec bicyclette qui serait absurde.
- ah oui... effectivement...
- et si une femme sans homme est comme un poisson sans bicyclette, qu'est-ce que la phrase veut dire ?
- ...


A coup de question maieutiques, maitre Etché faisait naitre la conscience d'un monde ou les évidences n'en étaient plus.

- c'est un slogan féministe des années soixante-dix.
- ah !... je crois comprendre, disait celle qui comprenait encore moins.


A woman needs a man like a fish needs a bicycle
- Irina Dunn


Un slogan des années soixante-dix, autant dire, d'un monde qui n'avait pas sa place dans une prépa-HEC, l'antichambre du pouvoir économique. Les années soixante-dix, c'était maoisme et compagnie, keynesianisme et crise du pétrole, l'horreur économicopolitique pour les dociles éleves des eighties reaganiennes, néolibéraux jusqu'a la moelle et incapables de penser que le systeme dans lequel ils aspiraient rentrer puisse etre faillible.

Moi, il me faudra encore quelques années, les nineties pragoises, pour comprendre la portée de l'enseignement etchegoyen. Je ne sais pas encore que le slogan est profondement lesbien avant meme d'etre féministe. Conquérir des droits ou en critiquer la puissance normalisatrice ?


Maitre Etché nous l'affirmait en guise d'antidote de conclusion et d'appel a penser par soi-meme : "au fond, si vous faites un contresens, ca n'est pas grave, mais au moins défendez-le avec ardeur et intelligence."

Publié dans Canapé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Poisson sans bicyclette, rien que de très naturel en somme ! l'inverse serait pour le moins incongru.
Répondre