Think pink

Publié le par remi

Une des grandes leçons de vie que j'ai reçues, c'était a l'occasion de la rédaction de la partie pragoise du guide Louis Vuitton des voyages. J'avais fait une "critique" de restaurant tres bien écrite, chiadée, enlevée, le mot juste pour descendre un chef qui engrangeait ignominieusement les dividendes d'une gloire passée. J'étais content de moi, j'étais le justicier, le redresseur de tort. Le zorro de la critique gastronomique.

Ma correspondante a Paris repassait les épreuves en revue et me dit :

- Rémi, si ça n'en vaut pas la peine, on ne le met pas dans le guide.
J'ai immédiatement su qu'elle avait totalement raison. J'avais déja fait des principes de Faraday (dont "éviter la controverse"), un vadémécum. Plus tard, un gourou pragois me convaincra sans me convertir que les quatres accords de dom Miguel Ruiz ("il ne faut pas dire du mal des gens") sont une mine de bon sens a appliquer au quotiden. 

 

Ce blog ("il faut etre heureux..."; "bienheureux ceux qui savent rire d'eux meme") est une illustration de cette philosophie positivisante (positiviste est un adjectif déja pris par des philosophes du XIXe)

Shoot the messenger

Toutes ces précautions oratoires pour dire que je ne veux pas médire d'un collegue qui, nouveau venu, tape un peu sur les nerfs de tout le college directorial de la boite. Ses résultats, sans etre catastrophiques, ne sont pas tout a fait ce qu'il souhaiterait qu'ils fussent. Si les chiffres que je lui donnent ne sont pas a la hauteur de ses attentes, autant dire que les chiffres sont faux.

J'ai passé dimanche et lundi a redécortiquer le factures et les allocations de couts fournisseurs pour le convaincre du contraire suite a un échange d'email qui les mettait en doute.

J'avais d'autres chats a fouetter. Mais c'était prioritaire que je gagne sa confiance dans les chiffres.

Il a trouvé une erreur de $90 (une erreur de conversion rentré manuellement par un de mes Indiens au lieu de laisser la bécane gérer ça toute seule comme une grande).

Tout le monde a immédiatement été mis au courant: les chiffres SONT FAUX. Qu'importe que l'erreur est humaine et que l'erreur découverte représente 0,000x% de son chiffre d'affaire. Le principe de précaution plaqué sur le reporting : on ne fait rien, on ne croit rien tant que tout n'a pas été 100% prouvé et garanti. Si une erreur est prouvée, alors des milliers sont possibles.

Encore une couche

Hier, j'apprends indirectement que ce collegue veux facturer [tant] et inclure les chiffres dans le reporting de février. Ce collegue se garde bien de m'en parler et passe par mes Indiens serviles et obéissants a la comptabilité. Sauf que cette demande est totalement atypique et qu'ils me demandent de valider une facturation a fin février faite en mi-mars.

Faites ce qui lui fait plaisir, dites lui seulement que le reporting est déja parti et que cette facture apparaitra dans son reporting de mars.
Sans meme tenter de résoudre le probleme avec moi et de comprendre le pourquoi du comment, ce collegue va se plaindre a mon boss et m'envoie un mail en forme de scud intitulé "inaccurate reporting". Comment est-ce que je me permets de clore un mois sans lui en parler? A cause de ma décision stupide, la facture de tant n'est pas prise en compte. Mon boss est en cc-.

Ma réponse a ce collegue problématique est surtout une communication triangulaire pour prouver a mon boss que 1) je lui ai parlé des chiffres de février (voir mail du 6 mars) avant de les rapporter au siege et 2) le reporting etant le reporting, il n'y a rien que je puisse faire, avec toute la bonne volonté du monde, pour réinclure un chiffre dans une base de donnée verrouillée apres cloture.

Cerise sur le gateau

Quelques minutes apres mon mail, j'entends mon bras droit indien, répondre au téléphone

- hello mister [nom du collegue]
- yes mister [nom du collegue]. 
- No problem mister [nom du collegue], yes, we closed on the ninth only.
- good bye mister [nom du collegue]

J'ai une valeur, plus haute que le "think pink" des pages de ce blog, c'est de ne jamais mentir, de toujours dire la vérité. Que mon collegue ne me croit pas et aille vérifier ce que je lui dis (le reporting est déja fait), me blesse profondément. Plus que le pinaillage sur $90...

 

undefined

Publié dans Homo oeconomicus

Commenter cet article

VS 21/03/2008 22:10

Tiens, j'ai une amie qui a le même genre de coco... La dernière fois il était sûr qu'elle s'était trompée sur 20 tonnes de caoutchouc mais finalement, tonne après tonne, il s'aperçoit qu'il les a belle et bien gaspillées, ces 20 tonnes.Bon courage (je plaide coupable de négligence: il y a une semaine j'ai lu le début de ce post, j'ai cliqué sur "Faraday", et je n'ai jamais lu la fin). Pour toi, une carte du bonheur (excuse -moi si tu en as déjà parlé, je ne suis pas très claire ce soir.)

remi 23/03/2008 15:04


et elle blogue ton amie ? :-)


Philippe 14/03/2008 21:25

Mais qu'est-ce que c'est que ce type ?Il ne sait pas que le reporting c'est sacre ? Tous les forcats du reporting mensuel sont derriere toi, Remy!

remi 14/03/2008 22:06

:-}