Shopping & Fucking

Publié le par remi

shopping & Fucking

Shopping & Fucking est une comédie du Britannique Mark Ravenhill que je n'ai pas vue mais que j'aurais pu tout aussi bien inspirer... Situons la scene: 20h dans le lobby d'un hotel élégant de Calea Victoriei, la rue élégante de Bucharest, Ovidius arrive a l'heure dite et rencontre un Remi ultra-speed qui vient a peine d'arriver du bureau, n'ayant eu le temps ni de se doucher, ni de se changer, ni de faire les courses et qui lui annonce tout de go:

- we go shopping

en utilisant les mots les plus basiques, les plus universels qu'il connaisse.

- oh... yes?...
- yes. me: work work. no time shopping
- no shopping?
- I need buy preservatives
- yes! I remember

Oui, il se souvient que la veille, j'avais utilise les deux derniers qui me restaient dans ma trousse de toilette. En déchirant l'enveloppe du dernier, je plaisantais en lui demandant de ne pas etre trop gourmand: it is the last one.

Et nous voila dans Bucharest, passé huit heures du soir, a chercher des préservatifs... premiere pharmacie:
- do you have condoms, please? (ton tres poli, pourquoi faut-il que je me transforme en un leche-botte obsequieux quand j'achete des capotes?)
- no have.

A Ovidius, pour plaisanter et meubler la conversation, en route vers une autre pharmacie:
- it was catholic pharmacy
- really?
- yes, they didn't have condoms
- they did not have what?
- catholic do not want contraception - no condom
- aaah... no preservatives

oops - I should have used the word preservatives instead of condoms...
Deuxieme pharmacy. Derriere le petit guichet qui s'entrouvre au niveau de la porte vitree, je demande doucereusement:
- do you have preservatives, please?
La grosse pharmacienne, muette et blanche dans sa blouse, trotinne jusqu'au fond de sa boutique et saisie une boite que j'identifie immediatement comme des Durex, je soupire de soulagement: les bonnes marques ont pénétré (si je puis dire) le marché roumain. Au pied du présentoire de Durex, une accumulation de petites bouteilles de lubrifiant, je lui crie depuis la petite fenetre du guichet:
- can I have lubricant too?

tant qu'a faire...

tout aussi muette, elle revient vers le guichet dans la porte vitrée et me tend un bout de papier avec le prix marque dessus, une boite de douze et la petite bouteille qu'elle hoche, approche et éloigne de la boite de capotesde maniere rythmique et suggestive dans un mouvement qui metaphoriquement pourrait representer tout autre chose (j'te fais un dessin?) et m'annonce en roumain:
- tadradla gratis. da?

j'comprends: Durex fait une offre promotionnelle et offre le lubrifiant si je prends la boite de douze. "Ok! Da!...".

Ovide a les yeux pétillants.

On va bien s'amuser...

Publié dans Mutatis mutandis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article