Premieres fois

Publié le par remi

La semaine derniere, je rentrai precipitemment de Bucharest pour cause de genou defectueux. J'avais prete mon appartement a D. un ami etudiant en medecine, qui creche dans un appartement qu'il partage avec 5 autres personnes. Bref, on s'etait mis d'accord, il arrosait mes plantes pendant mon absence et beneficiait des cles et du lieux.

En rentrant, je ne souhaitais pas le mettre dehors, d'une part (raison utilitaire) parce que je me deplacais avec difficultes et sa presence pouvait m'etre plus qu'utile, d'autre part (raison morale) je ne voulais pas revenir sur ma parole qui etait de lui preter l'appart pour 3 semaines d'absence et enfin (raison cordiale) D. est un ami charmant, chatty, intelligent et l'on pouvait profiter de ce temps de cohabitation pour mieux se connaitre.

Grace a D., j'ai decouvert que meme a pres de 40 ans, on peut encore vivre des 'premieres fois'.

Il vient me faire la conversation quand je prenais mon bain - ils sont comme ca les etudiants en medecin, le degre d'intimite est totalement different du notre et le corps nu n'est pour eux ni regarde, ni juge. Il apporte une chaise, un cendrier, des verres et de quoi les remplir et on papote.

Le lendemain, la scene, inversee cette fois ci, se repete et pour moi presque plus difficile (la nouveaute provoque toujours quelqu'embarras) que d'etre habille en face d'un mec a poil dans son bain en train de se prelasser, de boire et de fumer.

Si nous partageons le meme lit, rien ne s'est passe et D. est habitue a porter des pyjamas, chose que je n'avait pas faite depuis une eternite (j'ai du m'en passer a l'age de 6 ou 7 ans) mais j'enfile aussi, en guise de pyjamas, un vague short et un tee-shirt par decence, pudeur (et quelqu'autre sentiment noble et desuet). 


J'aurais bien essaye de profiter de la situation et de seduire D. mais il est attire par Will et ca aurait ete un meli-melo digne d'une version gay de cosi fan tutte - j'ai revise mon cathechisme, mon abecedaire sentimental sur le respect de l'autre, le controle de soi et me suis pris pour un philosophe moral et austere. Meme ce role peut aller comme un gant au bon-vivant epicurien que je suis d'habitude.


Ajout de 2008 : encore une premiere fois.

Publié dans Mutatis mutandis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Mon dieu, partager le lit d'un homme en pyjama: mais je crois que cela ne m'est jamais arrivé nonplus!
Répondre
R
essaie! c'est, comment dire, delicieusement desuet....