Sous le soleil, exactement

Publié le par remi

La radio, tôt le matin, nous dit que la nuit a été fraiche avec 26 degrés celsius et qu'il fait déjà 31. Une brise marine fait que la température ne montera pas plus que 35 degrés dans la journée.

On peut passer la soirée dehors.

C'est déjà ça.

Et, chez Fred et Greg, avec Son Excellence et Pépé, on passe une délicieuse fin de soirée avec salade verte aux tomates, cake salé, tapas, mousse au chocolat d'antologie à discuter du futur de Dubaï. Je fais ce que j'adore faire dernièrement, prédire la fin de l'arrogance dubaïote. Les constructeurs de la tour-la-plus-haute-du-monde sont en passe de faire banqueroute.

C'est pas encore officiel mais tous les signes avant-coureurs sont là. L'interdiction - antispéculative en apparence - de céder des parts de propriété dans un immeuble en construction ; je dis antispéculative en apparence seulement car, selon moi, la vrai raison est d'éviter la fuite d'investisseurs solvables qui ont prépayé une misère, alléchés par les offres superpromotionnelles des promoteurs : entre 2,5 et 5 % de la valeur du bien, de les forcer à payer les 95 % restants dus même si le marché s'effondre et que le bien ne vaudrait plus que 50 % de la valeur contractuelle ; et d'éviter donc qu'à la spéculation ne se joigne l'avarice et que les investisseurs ne se défaussent en masse de ces actifs toxiques en les cédants à des prête-noms insolvables...

La loi - jusque là restée lettre morte mais soudainement réactivée - interdit la sous-location et la colocation. Au départ, c'était une loi islamique bien pensante : si plusieurs célibataires partagent une même villa ou un même appartement, y'a anguille sous gravillon graveleux. C'est interdit de vivre ensemble hors des liens du mariage. Sauf que l'immobilier dubaïote étant hors de prix, la colocation était devenue la règle. Mais les dhimmis sont taillables à merci : allez pas faire des économies chez nous, notre belle immonomie a besoin de vos loyers, raquez plein por le prix des studios au lieu de vous partager avantageusement le prix des villas. La date-limite pour vider les lieux, pour les colocataires est la semaine prochaine.

Côté business, cette semaine voit l'annonce de la fusion (misery loves company disent les Anglais) des deux principaux prêteurs hypothécaires (mortgage lenders), Amlak et Tamweel, qui crient famine auprès du gouvernement. Le pétrole est tari, le crédit se tarit, Dans cette région pétée de thunes, comme ailleurs, les banques qui ont trop investit sans trop se soucier des fondamentaux, se retrouvent le bec dans le sable...

Je parlais, quelque part dans ce blog, au sujet de l'immobilier dubaïote, de châteaux en Espagne.

C'est bientôt de châteaux de cartes qu'il faudra parler quand tout va s'écrouler...

Publié dans Chronique dubaïote

Commenter cet article

Wendy 26/10/2008 13:26

J'adore toujours tes analyses. Moi, l'immobilier a Dubai me fait penser a une competition de virilite masculine... Emaar et Nakheel qui jouent a qui fait pipi plus loin, qui a la plus grosse...tour. Je sens qu'on va bientot assister a la chute de cette babylone moderne...

Fred 22/10/2008 10:25

Remi,Ta hargne a l'encontre des emirats ne laisse un peu pantois.Tu sembles avoir perdu ton objectivite et faire une affaire personnelle de ce post ?

remi 24/10/2008 14:55


:-) ok, le prochain post sera positif et soulignera la tolérance et l'ouverture de Dubaï


lalige 21/10/2008 17:54

La fin de l'arrogance dubaïote, la fin de l'arrogance des riches, c'est aussi la pauvreté des plus pauvres qui s'aggrave. A la télé française à midi on expliquait que la morale réprouvait les paradis fiscaux et que les hommes politiques allaient s’attaquer aux paradis fiscaux. Loin de moi l’idée d’approuver le blanchiment d’argent de la drogue ou des ventes d’armes, mais … nous serons donc tous au purgatoire, voir tous en enfer. Comme disait Christine « c’est compliqué et on n’y comprends pas grand chose »

Marie 21/10/2008 13:19

As-tu au moins une porte de sortie ? J'imagine qu'il n'y a pas de chômeurs dans ces pays exactement sous le soleil ...Dhimmis, c'est comme roumis ? quoique non, il n'est pas question de religion.