Il a plu ou ma journée sur Sheikh Zayed road

Publié le par remi

Première vraie journée de congé apres une période budgétaire éprouvante, je dois néanmoins passer au bureau pour suivre UN mail urgent. J'embarque Jan et zou.

Au rond-point du Trade Center - crac - un méchant bruit et la voiture qui se met à réagir bizarrement sans pour autant valser dans le décor. Je prends la service road bien nommée, si la voiture doit rendre l'âme, autant que cela ne soit pas au milieu de sept voies rapides...

Je me gare pour vérifier les pneus - aucun probleme de ce coté-là.

Je reprends le volant mais toujours ce comportement bizarre,

Je prends la première à droite - station essence Emarat de Satwa road - inspection plus poussée et zut, une barre de soutenement de la roue arriere droite est cassée (au téléphone, Fred m'explique que c'est sans doute une barre antiroulis). Ça doit etre ça. Sans barre antiroulis, la voiture fait un peu rouli-roula.

Je la laisse en plan, taxi jusqu'au bureau pour régler le problème urgent, appeler l'assurance, le garage.

Taxi depuis le bureau jusqu'à la station service ou un gentil Kashmiri la charge sur sa dépanneuse. Troisième voyage de la journée sur la Sheikh Zayed road en direction du garage Nissan.


Comme je l'écrivais, il a plu, et quand il pleut, ça mouille beaucoup dans une ville désertique pas préparée à absorber autant d'eau...


Ça c'est sur une rue annexe. Dans sheikh Zayed road, c'est un peu la cata quand de sept voies, on passe à quatre parce que trois voies sont inondées :


Au garage, parce que demain, aprèdemain et le jour encore apres sont fériés, on me menace de ne me rendre la voiture que jeudi... Ne pas avoir de voiture à Dubai, c'est etre handicapé-moteur. Au pied de la lettre. Après avoir rempli des papiers et expliqué que non, je ne suis pas monsieur Touchard, on reprend la route. Le garage a la gentillesse de nous proposer d'appeler un taxi.
Et nous, on a la gentillesse d'attendre dehors.
Au bout de quinze minutes d'attente, je re-rentre (Marc spécial dédicace : le préfixe re- n'a pas seulement une valeur itérative en français mais marque souvent l'intensité et rentrer n'est pas entrer a nouveau mais y entrer carrément, alors si : on peut re-rentrer dans un endroit), je rerentre donc dans le bureau du garage pour demander ou est le taxi que l'on m'a appelé et une charmante Philipinne répond sans l'ombre d'une excuse

- Sir, there was no car available with the taxi company.

Elle aurait pu me prévenir. C'est tout Dubai : le luxe d'attention et la merdouille qui fait tout capoter.

On n'est pas loin de la route principale et on décide de héler un taxi par nous mêmes. Trente secondes plus tard, on est en route (en Sheikh Zayed road pour etre précis) pour le Dubai Mall que Jan n'a pas encore vu.

Là encore, embouteillages monstres a cause de l'excès d'eau (pour les connaisseurs ou les curieux, la tour dans le fond c'est la célebrissime Burj Dubai, la tour-la-plus-haute-du-monde) - genre : t'en veux de la Sheikh Zayed road, eh ben t'en auras et à dix à l'heure !


On photographie les allées vides et moins vides (en tout cas moins vides que la derniere fois) en long en large et en travers.

On achète un disque dur externe, on visite les boutiques du groupe Shah-Loub, on se prend un café et une quiche au Starbucks, on flane. J'adore la librairie japonaise et dépenserais une fortune dans leur papeterie si je pouvais, si j'en avais réellement besoin... À six heures, un coup de téléphone salvateur m'annonce que la voiture sera prete ce soir à huit heures... Youpi !

Re-sheikh Zayed road vers le garage. Prendre possession de la voiture et payer 500 dirhams de réparations. Reprendre la sheikh Zayed road vers la maison...

Bref, au lieu d'une journée peinards ensemble, on s'est coltiné la SZR jusqu'à la lie...

Publié dans Chronique dubaïote

Commenter cet article

Marie 07/12/2008 20:21

Tu as beaucoup écrit aujourd'hui et ainsi j'ai eu de quoi lire ... Merci aussi.Ce qui me touche c'est que j'arrive à faire rire quelqu'un qui s'en trouve heureux (et le dit) Bises

Marie 07/12/2008 10:33

... Shah-Loub ? c'est chaloupe qu'il fallait ... de l'eau dans le désert, c'est quand même beau, même si ça perturbe quelque peu ! or blanc pour les sheiks. Je sais, ce n'est pas très fin, mais tu tends la perche (tu n'es as loin du Nil, par rapport à nous évidemment ...)et quand il faut saisir JWC pour passer !!!

remi 07/12/2008 18:35


  chere Marie, c'est la deuxieme fois que tu fais un jeu de mot sur le nom de mon digne employeur, qui me fait
eclater de rire - merci !