Dubaï : tout va très très bien

Publié le par remi



En pleine crise immobilière, en pleine crise bancaire, Dubai Inc qui a emprunté à tour de bras pour construire des trucs fous (l'hotel le plus cher du monde, la tour la plus haute du monde, le centre commercial le plus grand au monde) dont personne n'a besoin, Dubai Inc se retrouve le bec dans le sable. Les rumeurs vont bon train sur la faillite personnelle de l'émir contraint de vendre ses parts dans les juteuses participations qu'il a pour colmater la breche.

 

J'adore la prose objective employée par le journal économique local, Business 24/7 : 

 

'Economy is sound' - l'économie est saine

 

comme le déclare son altesse sheikh Mohamed al-Maktoum. J'adore surtout le subtil décalage, la confusion savamment entretenue (rien n'est gratuit et tout s'achète sur les pages de Business 24/7) entre l'économie de Dubai (qui se casse la figure comme en témoignent les graphes de l'évolution de la bourse de Dubaï en bas à gauche - détail piquant : le graphe montrant l'évolution du "CAC40 dubaïote" depuis le début de l'année ne montre même plus les chiffres du début de l'année - trop hauts - ne tiennent pas sur le graphe qui aurait du employer une échelle logarithmique) et celle des Émirats arabes unis - c'est le titre suivant :

 

UAE faces no liquidity issue - l'économie des Émirats ne manquera pas de liquidités

 

Forcément, dans les Émirats, y'a la richissime Abou Dhabi. Le titre suivant est l'exemple même de la catastrophique communication financière, un cas d'école de ce qu'il ne faut pas écrire quand il ne faut pas l'écrire.

 

Dubai well placed to continue real estate momentum - Dubaï, bien placée dans l'évolution de l'immobilier

 

Titre destiné à rassurer les investisseurs immobiliers et à les convaincre d'acheter à Dubaï. Or le fait est que l'immobilier dubaïote dégringole, que tout le monde le sait et que ce titre prend le lecteur et l'investisseur potentiel pour un con. Il peut se lire de façon totalement cynique et contreproductive : Dubaï est confortablement installée sur sa luge dans la descente infernale des pentes de la chute du marché immobilier.

 

Autre article débile et de commande, sans aucun détail concret qui étaye la confiance instillée :

 

Global banks confident on Dubaï economy

 

tu parles ! Les banques sont mortes de trouille à la perspective que le cousin d'Abou Dhabi, en cas de problème, ne mette pas la main au panier...

 

Le dernier article que je commenterai est dans la même veine :

 

Downturn in steel industry cannot last long - le retournement de l'industrie sidérurgique ne peut pas durer longtemps

 

tu parles !... L'article qui parle spécifiquement de Emirates Steel, donne à penser qu'une sorte de miracle économique protège les industries lourdes émiraties. Emirates steel, selon son propre website, a été créée pour répondre à la demande d'acier de la construction immobilière (tout ce béton armé...), la construction s'arrête ou se réduit drastiquement faute de clients et/ou de crédits (ou les deux) mais...

 

... cela ne va pas durer !

 

La lecture de la presse économique émiratie est toujours fascinante, instructive, informative. Il suffit juste de savoir lire entre les lignes.

Publié dans Homo oeconomicus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Et Abou Dhabi veut rattraper le retard ...
Répondre