Excédent commercial européen avec les pays producteurs de pétrole

Publié le par remi

Je lis, dans Business 24/7, que la balance commerciale de la Communauté européenne est excédentaire avec les pays membres du Conseil de coopération du Golfe (GCC pour utiliser le sigle anglais) qui réunit les pays arabes producteurs de pétrole situés autour du Golfe persique (sauf l'Irak pour cause d'ostracisme local déjà ancien envers les rodomontades laïcisantes et socialisantes de Sadam Hussein - et pas l'Iran qui n'est pas arabe) soit : l'Arabie saoudite, le Koweït, Bahraïn, Qatar et les Émirats qui comptent créer une monnaie unique d'ici 2012, si la crise économicomonétaire ne chamboule pas tous les plans.

Je croyais la balance commerciale européene déficitaire. Je suis surpris. De toute façon, cela a peut d'importance au niveau monétaire, puisque les choses se passent un peu ainsi :
- je vous cède pour 100 de pétrole, je vous achète pour 50 de biens de consommation courante et j'investis le solde dans votre économie, à la bourse, en bons du trésor, en immobilier ou autre.



Les économies locales sont - pétrole excepté - sans doute parmi les moins productives du monde. Je faisais une comparaison avec l'Espagne décadente du siècle d'or (relire : "le siècle de l'or noir") et j'étais gentil. Aux Émirats, à Bahraïn et au Qatar (je cite de mémoire et me trompe peut-être mais l'ordre de grandeur est correct), 70% de la population locale est fonctionnaire (et surpayée, choyée*) et 85% de la population active est étrangère.

 

L'article de Business 24/7, qui représente comme toujours l'idéologie officielle, fait état des protestations du GCC contre la position européenne, lors des négotiations pour un accord de libre-échange, qualifiant d'intrusives, d'abusives la demande européenne de lier liberté de commerce et liberté politique. Les émirs ne voient pas le rapport. Les Européens n'ont pas vraiment envie de grand'ouvrir leur commerce à des pays dont la législation, sous une forme modernisée, légalise l'esclavagisme en l'appelant sponsorship (ça fait cool, moderne et anglais).

Personnellement, à part la satisfaction égocentrique de vouloir appartenir au club des pays riches, je ne vois pas pourquoi les pays du GCC s'emmerdent à vouloir ouvrir des économies non-existantes car fonctionnarisées jusqu'à la moelle...

(À suivre, prochain article : l'émiratisation de la sphère économique privée, enjeux et problématique)




* l'éthique émiratie du travail me surprendra toujours. Début décembre, une série de ponts en partie dus à Eïd-al-Kébir, et ce sont quinze jours de vacances officielles qui sont annoncées... pour la sphère étatique : les esclaves étrangers de la sphère privée n'ont qu'a continuer à suer dans leurs ticheurtes. Début janvier, une altesse émirienne décède et zou ! une semaine de congés payés pour que les fonctionnaires puissent se recueillir et méditer sur la brièveté de la vie et l'inanité de la richesse.

Publié dans Homo oeconomicus

Commenter cet article