À la découverte de Ras al-Khaymah

Publié le par remi

Dans l'émirat voisin de Ras al-Khaymah, pour la première fois de ma vie, j'ai vu un centre commercial complètement vide ET ouvert.


Le formulaire pour inscrire une société au tribunal de commerce de Ras al-Khaymah demande de préciser la moyenne annuelle estimée du nombre de watts et de litres d'eau. Requête surprenante. Normalement on s'en tient à demander qui est actionnaire, éventuellement leurs antécédents.

Un peu plus tard, à la radio, le chef de la zone franche de Ras al-Khaymah est interviewé et je comprends le pourquoi du questionnaire, quand, à la question du journaliste :
- we've heard of electricity delivery issues for quite some times now, has the work on the new announced power plant started yet?
le chef en question se lance dans une réponse digne de rentrer dans les annales de la langue de bois, comme quoi les études de faisabilité étaient finies, que le tour de table pour financer le projet était bouclé, que l'impact environnemental avait été estimé, que ceci que cela mais - en clair et sans décodeur - non, le premier coup de pioche n'a pas été donné et les travaux n'ont pas commencé.

C'est si typique du boom immobilier ici - on investit dans le clinquant, le luxueux, le bling-bling et tout le bazar, et que l'intendance suive ! Ras al-Khaymah a un nouveau centre commercial dont - apparemment - personne n'a besoin et toujours pas de centrale électrique.

Publié dans Chronique dubaïote

Commenter cet article

Marie 21/02/2009 17:02

Il faudra donc pédaler pour faire tourner les dynamos ... c'est époustoufflant ! Ils ont peut-être une arrière-pensée nucléaire ?