De la taille du PQ et des indispensables eurofonctionnaires

Publié le par remi

Nous sommes sur la terrasse du Shakespeare, face au Burj-Dubaï, la tour la plus haute du monde. En contrebas, des ingénieurs testent ce qui sera sans doute le son et lumière le plus grand et le plus puissant au monde (les jets montent à cinq étage de hauteur, qui dit mieux) et on enteand comme des explosions quand ils se déclenchent tellement la pression doit être grande...

 

Nous discuttons de nos métiers respectifs, lui, senior risk control manager, moi touche-a-tout de la finance.

 

Le problème ici, dans un pays si neuf, c'est souvent la loi et l'absence de loi. J'écrivais récemment sur les trous laissés par l'absence de loi comptable et Mathijs est confronté exactement au même problème de double standard (US et Europe sont tous deux validés par les autorités mais pas toujours compatibles) ou absent.

 

À Prague, peu avant le référendum sur l'intégration dans l'Union européenne, des rumeurs les plus folles circulaient sur les horribles normes européennes qui allaient être imposées et qu'on allait devoir changer de dévidoirs de PQ pour faire la place au papier toilette-aux-normes-européennes.

 

(image clicable vers le site de l'artiste)

 

 On n'imagine pas la perte de temps générée par la coexistence de plusieurs systèmes. Et les problèmes que cela peut causer.

 

Le travail minutieux des eurofonctionnaires est précieux, peu sexy, mais indispensable. 

Publié dans Chronique dubaïote

Commenter cet article