Iftar

Publié le par remi

Dans le train qui me ramène à Metz, je discute avec mon voisin de compartiment, un chef de chantier pour Vinci, en France depuis sept ans. Il parlait au téléphone, avec un pote, en kabyle et je buvais les sonorités de cette langue inconnue, indéniablement sémitique mais beaucoup plus douce que l’arabe, dénuée de sons gutturaux.

 

Je suis parti lourdement chargé de valises mais rien à manger. Ramadan involontaire durant toute la journée de voyage. Djiloud partage son plantureux repas d’iftar, préparé par une cousine, avec la générosité seyant au mois de ramadan.

 

Djiloud a un dilemme : quand rompre le jeune ? À 20h43 selon l’heure calculée pour Clermont où il vit ? À 20h46 selon l’heure calculée pour Metz ? Mais quid si le train a légèrement dévié sa route vers l’ouest entre les deux villes ? Bon, 20h50, ce qui est un peu moins que Paris.

 

Un souvenir de Dubaï : Etisalat avait mis en place, pour ses clients, un service d’avertissement par texto de l’heure précise de rupture du jeune. Très utile dans la mesure où ça change chaque jour.

 

Publié dans Voyages - errance

Commenter cet article