Christopher Street Day

Publié le par remi

Prague, vendredi soir, train de nuit, arrivée a 6h25 a Munich, bar de l'Anna Hotel pour attendre Jeff qui arrivera vers 8 heures, Jeff, longue discussion, appartement de Jeff, longue discussion, petite sieste, parade, adoré le premier groupe en costume folklorique bavarois et tralala'itou


Free Image Hosting at allyoucanupload.com

Jeff remarque que les chars sont moins peuplés (ou moins "in") que les années précédentes et que c'est vrai aussi pour la gaypride de Frankfurt ou Stuttgart. La plupart des gays restent sur le trottoir en sirotant des bieres et regardent passer un défilé pour le coup assez maigre (chars de partis politiques et de syndicats... bizarre pour moi) et pas tres fun. Participation passive.

Tiens a propos, y'avait un char politique (le SPD?) qui distribuait des badges auto-collants:
- AKTIV pour la défense des droits des gays et lesbiennes
ou
- PASSIV sauf en politique ou je m'engage a fond*

* ou un truc dans le gout la, je ne suis pas sur si le message etait aussi transparent ou si c'est moi qui le fantasme... ;-)

Un défilé tres politisé donc ou le véritable arc-en-ciel était celui des couleurs des partis politiques sponsorisant un char, allant de l'extreme gauche a l'extreme droite (si on compte les skin-heads dans cette derniere catégorie), et au bout du défilé, a la fin, sur la place de l'Hotel de Ville, un long discours du maire SPD de la ville plein de mots comme solidarität, schvule, richtig, etc.


J'ai toujours adore l'humour, l'esthetique et l'engagement des soeurs de la perpetuelle indulgence.

Le meilleur moment, c'était la dance-party en plein air sur la place du marché adjacente. En fait de tanz, y'avait de la musique electronique comme seuls les Allemands savent la faire (bonne, puissante, dansante) mais personne ne dansait vraiment. On y a retrouvé nos amis canadiens, David, Stephane, Juan et Daniele qui bien qu'hétérote s'amuse comme une petite folle et engage la conversation avec tous les mecs qu'on trouvait cute et qui passaient a proximité (et dieu seul sait combien y'en avait des cute guys!) et nous les présentait.


Remi & David


Daniele avec la médaille de Miss Congeniality que je lui décerne
"pour bons et loyaux services rendus a la cause des gays-de-passage-qui-ne-connaissent-personne".

Jeff pour sa part me présente les 327 amis intimes et bodybuildés qu'il compte sur la place. Ils ont des noms bandants comme Dirk, Volker, Knut, etc.

Il est huit heures et on va dormir. Il est minuit trente et Jeff me réveille pour sortir au New-York. Quelques "crevettes" mais surtout un nombre impressionnant de "formats" musculeux voir carrément stéroidés nous rappellent qu'on est au pays de l'ubermensch "par excellence".

Il est tard et je suis heureux quand la semaine se termine.

Publié dans Chronique pragoise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article