Sontag

Publié le par remi

C'est avec un bonne gueule de bois que je me réveille. Copieux petit-déjeuner a l'allemande préparé avec amour par Jeff suivi, un peu plus tard, au Starbucks, par un large frappuccino mocca with extra expresso shot: ca va mieux! :-)

Longue promenade dans les salles de l'Alte Pinakothek. El Greco que Jeff trouve totalement moderne. Rubens que je n'arrive pas a apprecier, Altdorfer toujours splendide. Splendide portrait de Madame de Pompadour par Boucher et une charmante esquisse de Fragonard, totalement polisson avec une jeune femme tenant en l'air son bichon perche sur ses jambes et dont la queue lui cache et lui caresse le sexe. Peut-on faire plus érotique que cela?

C'est tellement plein de chefs d'oeuvres qu'on ne peut pas tous les nommer.

En parallele, Jeff et moi continuons nos incessantes et interminables et passionnantes discussions. Sur l'amour (et Stephan, son copain qui vit a 300km de distance, et Honza, mon ex et le raisons qui conduisirent a notre divorce), sur la psychanalyse et les nevroses des gays, sur la finance et les optimisations fiscales dans le domaine du consulting, sur l'investissement, etc.

"On n'a pas changé" note Jeff. Certes, cela fait trois ou quatre ans qu'on ne s'etait vus mais on se connait depuis vingt ans et malgré le temps ou la distance, notre amitié reste intacte, entiere, faite d'un enrichissement mutuel et de conversations infinies.

C'est a contre-coeur que je reprends le train pour Praha...

Publié dans Chronique pragoise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Et pendant ce temps là, elle tourne la machine à laver ? polisson va ! ;-))
Répondre