Nicolas Bourbaki, un génie inexistant

Publié le par remi

Je dévore en un soir et un matin, Nicolas Bourbaki, Histoire d'un génie des mathématiques qui n'a jamais existé d'Amir D. Aczel.

 

Au delà des quelques défauts du livre (de nobreuses redites, principalement), c'est un passionnant ouvrage de vulgarisation scientifique que l'on peut lire sans (presque) aucune connaissance mathématique : la topologie, je sais vaguement ce que c'est, le groupe de Lie, en revanche, je cale aussi - mais bon, on peut lire le livre sans avoir besoin de le savoir dans le détail).

 

Là où je trouve le livre le plus fort, c'est dans la généralisation de l'apport de Bourbaki au structuralisme de son époque, c'est à dire à tout le reste en dehors de la mathématique. J'ai adoré prendre connaissance des liens tissés entre Bourbaki, le Cercle linguistique de Prague (pour la linguistique), Claude Lévi-Strauss (pour l'anthropologie), Jacques Lacan pour la psychanalyse et/ou l'Oulipo dans le domaine de la littérature.

 

En lisant le livre, je me dis que Nicolas Bourbaki a aussi été le précurseur de Wikipédia : il est fait de plusieurs auteurs, tous anonymes, qui font avancer la connaissance en ébauchant, relisant, améliorant et publiant ce qu'ils savent sur un sujet donné. J'ai été déçu, presque choqué, d'apprendre que le côté "encyclopédie libre et ouverte" du groupe a été sacrifé sur l'autel de l'argent et que les bourbakistes se sont battus avec leur éditeur pour récupérer les droits d'auteur (au moins sur les éditions internationales). Certes, cela a eu lieu quand Nicolas Bourbaki était déjà « mort » (les collaborateurs n'étaient plus que des mathématiciens mineurs et il avait cessé de publier quoi que ce soit de novateur dans le domaine de la mathématique).

 

Mais Nicolas Bourbaki est bel et bien mort. C'est même votre humble serviteur qui, en 2006, a rajouté son faire-part de décès dans Wikipédia.

 

Ce livre m'aura fait découvrir et donné l'envie d'en savoir plus sur Alexandre  Grothendieck.

 

 

Publié dans Notes de lectures

Commenter cet article