Poésie a deux balles

Publié le par remi

parce que la chair,

qu’elle désire, souffre ou tente de se nier,

reste la chair,

fragile, pitoyable et révoltée.

Publié dans Notes de lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article