minuly tyden - toute la derniere

Publié le par remi

dimanche, premier jour de la semaine, me voit paresseux et intellectuel a la maison a lire, faire la lessive et le ménage, les courses (le soir meme, Tereza et Martin viennent diner), ma compta.

La liste des choses a faire pendant le week-end inclut "fitness" mais ma motivation est au point mort pour me bouger.

lundi

Une malediction frappe tout plan-diner que Jean-Francois et moi tentons d'organiser. A chaque fois qu'on se donne rendez-vous telle date, telle heure, tel endroit, on peut etre surs que l'un ou l'autre annulera.

Bingo!... :-(

JF m'envoie un SMS - il souffre d'une grippe intestinale. Moi qui me réjouissais d'un diner franco-francais sans la tronche désapprobatrice ou désolée de mon ex (qui en 9 ans de vie commune n'avait jamais fait l'effort d'apprendre plus de 3 phrases francophones), avais aussi invité Stephan et Laurent, mes voisins (ils habitent en bas de la rue Stepanska) et avais commandé 4 sushi-obento au restau Miyabi, je me retrouve un peu en rade...

J'appelle Jutka "qu'est-ce tu fais ce soir?
- bah je viens chez toi..." répond-elle avec humour et a-propos, sans meme demander ce qui est au programme ou au menu.

et donc, meme si l'objet du repas (souhaiter la bienvenue a Prague a JF de retour de Moscou pour 24h) disparaissait, nous passions une soirée délicieuse.

mardi

Petr, qui a finit la traduction d'un livre tres docte et tres long, vient de Brno pour passer la soirée (et la nuit) a Prague. Les amigos se retrouvent pour diner a Mosaika avec Adam et son ami bulgare Ivan, Amir, un pianiste israelien vivant a Munich débarqué a Prague pour donner un concert de Schubert ou Schumann au Rudolphinum et Petr donc. Soirée tres agréable prolongée a Stella pour un "dernier" verre.

Petr, qui travaillait depuis 3 semaines dans le silence de la nuit sur cette interminable traduction et dormait le jour, n'a pas sommeil. Mimi s'endort comme une masse et sans attendre son reste.

mercredi

Diner tres arrosé ou whiskies un peu délayé par de la nourriture (c'est selon le point de vue) avec Ondrej, banquier souriant rencontré vendredi dernier a Termix alors qu'il fetait son anniversaire en s'imbibant sans mesure de mousseux.

Pavel P., danseur étoile du théatre national, grace auquel nous nous sommes rencontrés (en fait, moi aussi alcoolique, me frayait un chemin vers le bar surpeuplé, apercevant Pavel accoudé au bar aupres d'un seau a champagne et couvant quelques flutes, je décidais de m'incruster entre Pavel et Ondrej pour commander ma vodka-red-bull - c'est ainsi que forcais la rencontre avec O.) est une fois de plus présent: il est venu au Lamborghini café pour une blind-date et nous prenons des paris (alors qu'il arrive et nous salue) sur quel célibataire cela sera.

jeudi

j'arrive enfin a me bouger le cul et vais de 7h30 a 8h40 au fitness. Et histoire de marquer le coup du retour a la vie saine et sportive, j'y retourne entre midi et deux heures avec Jan, mon successeur a DDB pour 35mn de footing (4,6km pas si mal pour un re-début).

Avec Jacques Millery et sa femme Nathalie, nous allons écouter et voir La Dame de Pique de Tchaikovskji a l'Opéra. J'en profite pour acheter des billets pour Cas Bolesti, le Temps de la Douleur, un spectacle de danse que Pavel P. qualifie de "moyen" au niveau choreographique (dans sa bouche toujours tres critique, cela signifie "bon sans plus") et inutilement homo-érotique. On ira quand meme :-) lundi prochain.

Jacques est mon plus ancien ami avec qui j'ai encore gardé le contact. Ensemble en classe de 1ere et Terminale au Lycée Fabert de Metz, on se revoit de maniere irréguliere et toujours avec grand plaisir.

vendredi

Une délégation de l'association HEC débarque a Prague: réception a 17h a l'ambassade, a 19h30 sur le balcon de l'immeuble en style Paquebot-30's de la CSOB.

Diner avec Will et Federico en l'honneur de Belinda et Michael (cf le marathon de Prague d'avril) qui vont quitter Prague.

Petit pataques diplomatique: on s'était mis d'accord, Fede, Will et moi pour cette date mais pas sur qui était l'hote de la soirée et une petite compétition nous oppose, Fede et moi laquelle s'explique aussi par le fait que Belinda est "plus" l'amie de Mimi et Michael, diplomate de sa tres gracieuse Majesté britannique, un collegue de Fede. Nous lancons les invitations a diner en parallele - oops...

samedi

A finaliser: petite soirée a la maison pour féter ma nouvelle vie de célibataire. Oops, je m'y prends un peu tard pour lancer les invitations...

Publié dans Chronique pragoise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article