ils craignent en Ukraine

Publié le par remi

J'ai un coté Mere Tereza.

L'autre jour, a la soirée Hradsanska organisée par Jarda, je rencontre Max, un jeune étudiant ukrainien de 20 ans. Bla bla bla, je lui parle de mon ami Serge, lui aussi gay et lui aussi Ukrainien.

- Vous devriez vous rencontrer.

J'organise la rencontre. A Stella, un bar cozy et sympa. Je me dis qu'ils ont hate de papoter en ukrainien alors je les laisse pour jouer les miss congeniality et saluer la demi-douzaine de personne que je connais dans ce bar. Au bout de 5mn, je reviens et les trouve silencieux, assis cote-a-cote, le regard perdu dans le vide.

Dans l'expression "un ange passe", il s'agit ici d'un ange de la mort.

Je ne comprends pas ce qui se passe, et tente de ranimer la conversation, souligner les points communs, faire découvrir a l'un ou l'autre les qualités qu'ils ont (une de mes grands principes: il y a toujours du positif a souligner).

Au bout de trois-quart d'heures, je jette l'éponge et prétends que je dois rentrer a la maison ou mon ami m'attends.

- T'es déja de retour?!?!...
sera sa réaction.

Et sur le chemin du retour, Max qui prend plus ou moins la meme direction que moi, m'explique doctement que Serge est d'Ukraine centrale alors que lui est d'Ukraine austro-hongroise et qu'il (Serge) a confirmé tous les préjugés qu'il (Max) pouvait avoir sur les "autres" Ukrainiens.

Ma femme de ménage, elle aussi d'Ukraine centrale, me confirmera quelques jours plus tard, cette réputation de snobinards imbus d'eux-memes que les Ukrainiens de l'ouest se tapent et s'entetent a maintenir en se comportant comme des prétentieux.

Donc pour résumer: on savait que l'Ukraine était mal partie avec sa (forte) minorité russe a l'est. On découvre qu'elle est carrément mal barrée avec la césure entre sa majorité ukrainienne du centre et de l'ouest.

Publié dans Kafkastan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article