faire et défaire, c'est toujours travailler

Publié le par remi

C'est chargés comme des mulets, apres une longue aprémidi de shopping et les bras lestés de sacs de toutes matieres, de toutes tailles et de toutes les couleurs (le soir meme, on ira tous ainsi que Tom Hidvegi et Emmanuel Rivero a la white party a Mecca organisée par Pavel Stanek, un mec que je trouve super, entrepreneur successful mais toujours gentil et toujours le sourire aux levres (rare chez les Tcheques plutot sombres) qui a ouvert Potten and Pannen puis le café tres gay friendly de Downtown et lancé la marque de fringue au nom antithétique de J'ai l'air encore mieux déshabillé), c'est donc épuisés par leurs courses que Gabor Filé et Michael Murphy arrivent a la maison, fourbus mais prets a aider a déplacer la bibliotheque préalablement vidée des livres et des planchettes des étageres.

Je voulais réorganiser l'appart en un coin salon et un coin bureau et voila le résultat:

coin salon (Will m'avait aidé la veille a déplacer les canapés):


coin bureau:

et tant qu'a faire et rien que parce que je l'ai photographié,
le coin salle a manger:

marrant a quel point, dans un appartement sans murs et ouvert (donc a priori moins pourvu de coins que le meme en cloisonné), tous les endroits deviennent des coins.

Et si j'avais passé ma matinée a vider la bibliotheque et faire des piles de livres au sol, je passe le début de la soirée a les ranger par ordre de taille (plutot que par matieres), c'est plus esthétique, dans la bibliotheque. Faire et défaire, c'est toujours travailler...

Publié dans Mutatis mutandis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article