Comme un café-automat

Publié le par remi

J'ai une femme de ménage adorable.

Elle supplée a merveille ce mec qui a la fois hait l'eau et est a cheval sur la propreté.

Elle m'adore parce que contrairement a ses autres patrons tcheques, je ne suis pas puant et méprisant envers l'immigrée ukrainienne qu'elle est.

(je suis moi-meme un immigré, dans ce pays)

Cela fait comme moi, quinze ans qu'elle travaille, plus ou moins au noir, mais toujours avec honneteté et l'envie de réussir et de bien faire.

Elle passe petit a petit les barrieres de l'intégration - contrat de travail, bulletin de salaire, compte en banque - carte bancaire.

Elle me demande comment on fait pour retirer l'argent au distributeur automatique de billet (dit ici bankomat).

Sa question me surprend et je lui explique tout d'abord tres rapidement les grandes lignes puis tres lentement - pas a pas - comment on fait, voyant qu'elle n'avait pas compris.

- Ah!... je comprends!... c'est comme un distributeur de café...

Oui, exactement, le bankomat c'est comme le café-automat. Tout cela pour dire qu'on n'imagine pas a quelle point le progres est handicapant quand on n'y a pas participé depuis le début.


Vague souvenir de lecture du Traité des Courtes merveilles de Vaclav Jamek - il débarque de Prague a Paris avant la Révolution de velours et est impressionné, stupéfait, jaloux, énervé par le naturel et la facilité avec lesquels son ami francais retire de l'argent a un DAB. Pour V. Jamek, l'argent liquide c'était faire la queue a la banque - pas d'autre solution.

C'etait ma rubrique : on n'arrete pas le progres mais ca fait du bien de se dire qu'il fait du bien.

Publié dans Chronique pragoise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
J'ai un ami qui avait invité une amie hongroise à Paris au début des années 90. "L'argent sortait des murs", ça l'émerveillait, il a été obligé plusieurs fois de lui expliquer que non, l'argent n'était pas disponible en quantité illimitée, et non, il ne pouvait pas lui offrir tout ce dont elle rêvait.<br /> (Grand plaisir de découvrir ce blog.)
Répondre