En abime

Publié le par remi

vendredi soir, nous allons voir le film Fontana / The Fountain.

le scenario est bien construit, les décors sont esthétiquement a couper le souffle mais quelque chose ne fonctionne pas dans ce film. Quoi ? La bande-son peut-etre qui dans son minimalisme radical et éploré ralentit tout.

J'aime cette histoire en abime ou :

- on suit les amours d'un conquistador et de la reine d'Espagne, celui-la étant chargé par celle-ci de trouver en Nouvelle Espagne (le Mexique) un arbre de jouvence,

- une écrivaine mourante du cancer n'arrive pas a finir son roman a l'eau de rose sur les amours d'un conquistador et de la reine d'Espagne, son mari oncologue court contre la montre pour mettre au point un médicament révolutionnaire contre le cancer a base d'écorce d'un arbre trouvé au Mexique a un exemplaire -- il trouve ledit médicatment mais trop tard pour sauver sa femme.

- l'histoire se poursuit et on est laissés dans l'ambiguité pour savoir si le mari (car c'est lui) se nourrit de l'écorce de l'arbre et subit une éternelle jeunesse ou finit, a sa maniere, le livre de sa femme -- il entreprend un voyage cosmique pour apporter l'arbre d'éternelle jouvence a une nébuleuse dont l'étoile se meurt.

En d'autre terme et pour reprendre un néologisme féministe - le réel est entrelardé entre history et herstory.

Le Monde des Livres, ce vendredi, est consacré au féminisme.

Mardi, je discutte avec quelques autres personnes, sur le projet de fusion entre le Grand Orient tcheque et la Grande Loge de la République tcheque.

Le culino-drame déja mentionné sur cette page a eu lieu mercredi.

Lundi, les amgos Will, Fédé et moi (sans Cédric qui est malade et qui le raconte, a sa maniere c'est a dire tres drolement) allons s'empifrer un hamburger de luxe au resto Mozaika puis se prendre un ultime verre au tres exclusive SKP, le Selekt Klub Prazsky. Will nous raconte son week-end en amoureux a Paris.

Jeudi soir, je me visionne deux petites comédies américaines a theme sexuel : Eating Out et Shortbus.

Ma premiere lecon d'arabe se déroule samedi meme si ma prof (une ex) annulle la lecon au dernier moment en annoncant par texto "désolée, chéri, j'ai un fofr* au travail"

* une "charette" en argot francais, beaucoup trop de travail qu'on n'arrive pas a finir.

Mais au moins me suis-je plongé en préparation dans l'alphabet que je mémorise petit-a-petit. Je sais déja écrire Prague, Dubai et Rémi.

Un déjeuner d'affaires, vendredi, avec Doug pour faire le point sur le projet qu'il m'a confié.

Dimanche, je découvre a l'Opéra d'État a Prague (outre La Voix humaine de Jean Cocteau et Francis Poulenc que je connaissais déja), Les Mamelles de Tirésias de Guillaume Apolinaire et Francis Poulenc qui me plaisent énormément. Un opéra dramatique et surréaliste, comique et léger. Superbement mis en scene et un ami, Philippe Do, occupe le role titre. Apres des études remplies de succes dans une grande école de commerce, il a entamé - et réussi - une carriere de chanteur.

Voila. C'est a peu pres tout pour ma semaine - et toi ? Tu as aussi passé une bonne semaine ?

Publié dans Mutatis mutandis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article