Rimi

Publié le par remi

Perec aurait apprécié pour l’écriture de La Disparition : le « e » n’existe pas en arabe. Et sur mon permis de conduire, mon nom est officiellement, dans la transcription arabe, Rimi.

J’aurais préféré Rmi ou Hmi, avec ce « h » arabe proche du « r » français, mais bon…

Guy Nattiv, le copain israelien de Jutka, dans les textos qu’il lui ecrivait, me concernant, écrivait systématiquement mon nom avec sa phonétique a lui : Himi.

Nota-bene pour étaler mon savoir. C’est en raison des difficultés de translitération entre les alphabets latins et arabes que les terroristes d’Al Qaida et autres sont arrivé facilement a obtenir deux ou trois identités différentes aux US avant de mettre en œuvre leur plan, gravé dans la mémoire collective sous le nom de « nine eleven ». Mohamed, Mouhamed, Mohamad, Muhamad, Mehmet sont autant de variantes du prénom le plus fréquent. Répétez la procédure avec le nom de famille orthographié de cinq facon différentes (Hussein, Hossein, Houssain, Hossain, Hocine), combinez a l’infini (ou presque) et vous etes quasiment inrepérable aux yeux ubiquiteux du FBI.

Publié dans Chronique dubaïote

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article