Familles

Publié le par remi

Remi au soleil de Nice

bain de soleil printanier et lecture de Familles

 

Surprenante découverte grâce à la lecture de l'ouvrage de Jean-Louis Flandrin, Familles ; parenté, maison, sexualité dans l'ancienne société, la taille du foyer familial dans la France de l'Ancien Régime est corrélée avec... la fiscalité et la loi sur l'héritage.

 

Là où la coutume autorise la mainmorte (saisie seigneuriale des biens du défunt vivant seul), la présence d'un enfant (marié ou non) au foyer parental - voire d'un cousin, neveu, etc. - est systématique.

 

Là où la coutume autorise (ou impose) le transfert de l'intégralité du patrimoine à l'ainé(e), la règle générale est la cohabitation sous le toit du père de famille, du fils ou de la fille ainé(e) marié, et éventuellement des frères et soeurs célibataires ou non et de leurs enfants.

 

Là où la coutume impose le partage égalitaire entre les héritiers, on ne reste pas chez papa-maman mais on s'établit, grâce à la dot de madame, dans une maison séparée.

 

Pour faire simple : le bénéfice de la primogéniture est issu de la tradition latine et affecte tout le sud de la France - le partage égalitaire est issu de la coutume germanique (Francie, Burgondie, Lotharingie, etc.) ou scandinave (Normandie). La mainmorte n'est pas partout appliquée mais cela explique - au nord de la France - le fait que les villages mainmortables présentent la situation familiale "méridionale" de famille polynucléaires.

 

Paradoxe : la noblesse franque, burgonde, normande, etc. issue de tradition strictement égalitaire, se convertit très tôt à la primogéniture pour maintenir l'intégralité de ses fiefs et de son pouvoir mais... impose à ses administrés gallo-romans ses règles juridiques.

 

Conclusion : ce n'est pas une prétendue décadence des valeurs et de la solidarité familiales qui explique la disparition des familles polynucléaires sur le territoire français mais le fait que les révolutionnaires parisiens ont imposé leur coutume égalitariste franque, par l'intermédiaire du Code Civil à l'ensemble de l'Occitanie, alors qu'en parallèle, la suppression de la mainmorte féodale faisait disparaitre au Nord, les raisons de l'existence des familles polynucléaires dans les fiefs mainmortables.

 

 

Publié dans Notes de lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> <br /> la suppression de la mainmorte féodale faisait disparaitre au Nord, les raisons de l'existence des familles polynucléaires dans les fiefs mainmortables.....<br /> <br /> <br /> putain, t'écris bien !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> <br /> je sens pointer de l'ironie... <br /> <br /> <br /> <br />
*
<br /> <br /> Polynucléaire c'est plusieurs noyaux ? Le patriarche et ses enfants établis, installés sous le même toit. Partage égalitaire et droits de succession, même pour les dettes ? tout ça me dépasse !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> <br /> c'est plusieurs noyaux familiaux - papa-maman et plusieurs enfants mariés, voir des neveux et nièces orphelins dont on a la responsabilité - mariés ou non.<br /> <br /> <br /> le sud de la France avait développé un droit très inégalitaire (tout pour le chef de famille) mais très solidaire (le chef de famille bénéficiaire DOIT aider les autres)<br /> <br /> <br /> au nord, le contraire - égalitaire mais égoïste et individualiste. C'est la France du nord qui a gagné la Révolution et imposé son droit...<br /> <br /> <br /> <br />