Capitalisme et psychanalyse

Publié le par remi

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/58/Freud_Sofa.JPG

 

Dans J'ai fait HEC et je m'en excuse, Florence Noiville écrit, en parlant de l'un de ses camarades de promo :

 

Jean-Philippe mène une double vie : avocat d'affaires une moitié du temps, l'autre moitié psychothérapeute. À croire qu'il faut en arriver à des arrangements improbables pour s'approcher d'un équilibre. N'est-ce pas étrange ?

 

Non ce n'est pas étrange.

Quelque part, à sa manière, Sigmund Freud est le doctrinaire du capitalisme néolibéral. Sa théorie est née dans la société bourgeoise où la volonté de jouir était entravée par un rigorisme religieux qui l'interdisait. Revaloriser le désir et la jouissance, c'est faire le lit de la société de consommation qui intime "faites-vous plaisir, consommer, jouissez sans entraves !"

 

Freud a mis à bas l'ascèse chrétienne, l'agapê christique, l'éthique mosaïque. Son travail était sans doute nécessaire pour libérer l'homme de certaines de ses névroses mais il a eu pour corolaire de mettre en place une doctrine absolument indispensable à la socété de consommation.

 

Pour poursuivre sur cette idée, on lira ce blog très instructif, Psychanalyse et Marxisme et ce poste surtout, L’Anti-Œdipe de Deleuze et Guattari.

 

Publié dans Notes de lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

*eMira 21/02/2010 20:43


Ce n'est pas ainsi que j'imaginais le divan d'un psychothérapeute ...


remi 06/03/2010 08:37


celui-ci est LE divan par excellence, celui de Sigmund en personne.


juliette 16/02/2010 19:27


Enfin Remi se remet à son blog !
heu... comment on fait pour supprimer toute ces pubs polluantes ?
bises tendres et glacées (Morvan froid, froid, froid !)